•  10.08.2014

    Revenant d'un lieu où les goélands sont rois (à dire vrai, ce sont surtout de sacrés emmerdeurs), c'est la pièce de Lionel Marchetti, Noord Five Atlantica, qui me semble appropriée pour tenter de repousser vainement la reprise du travail.

    La musique concrète de Lionel Marchetti présente des univers sonores très divers aux sources suffisamment travaillées pour en proposer une dimension narrative, cinématographique même. Des univers sonores dans lesquels les environnements naturels doivent toujours composer avec la présence humaine. Voyez ici avec Noord Five Atlantica qui nous amène sur un chalutier plongé dans des mers troublées, entouré par ces goélands aux cris incessants. Nous sommes effectivement sur ce chalutier mais une inquiétude apparaît. Ou sommes-nous et avec qui au juste ? Allons-nous croiser le hollandais volant ? Notre imagination est ainsi sollicitée. Aussi, c'est au travers d'une poésie sonore bien étrange que cette réalité perceptive initiale se voit sublimée, dépassée. Lionel Marchetti parvient à cette magnificence par l'agencement des sources aux origines diverses : enregistrement des goélands, des cornes de brume, intégration d'ondes radio, extraits radiophoniques et autres. On appréciera la voix de la danseuse et musicienne japonaise Yôko Higashi et le mellotron joué par Jérôme Nœtinger et Lionel Marchetti.

     

                                                                                 Mer, Gerhard Richter


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique