• 30.12.2013

    Rencontre entre générations au Danemark dans le domaine des musiques expérimentales entre Else Marie Pade (89 ans) et Jacob Kirkegaard (38 ans).

    Dans un premier temps en 2006, la Bibliothèque du Danemark a invité Jacob Kirkegaard à remixer deux pièces de musique concrète de la compositrice danoise : la Symphonie magnétophonique et EN DAG PÅ DYREHAVSBAKKEN.

    Dans un second temps, le label américain Important Records a sorti cette année sur vinyle Svaeninger dont les morceaux reprenant d'anciennes bandes de Else Marie Pade, reposent sur des vibrations générées par les interférences entre deux fréquences. Il s'agit ici d'une relecture effectuée conjointement par les deux artistes.

    Je distingue ces deux travaux car sur le net il y a une confusion régulière comme le prouve la video youtube du remix de la Symphonie magnétophonique qui fait référence au disque paru chez Important.

     

    La Symphonie magnétophonique composée en 1958 est un exemple de musique concrète prenant pour thème et matériau de base les sons de la ville. Cette pièce retrace une journée au Danemark dans les années 50. Des ronflements, on passe au réveil, au chant sous la douche, au brossage de dents. Après le café matinal, on quitte son logis pour aller prendre le train qui nous mènera au travail, au centre-ville. Les bruits des voitures et le tintement des sonnettes des bicyclettes cèdent la place aux machines à écrire et aux sonneries de téléphone, ou aux bruits des machines dans les ateliers. Les sons sont ici travaillés, ralentis, accélérés, découpés et malmenés de diverses manières par le jeu des ciseaux sur la bande magnétique. Extrait de l'article de Julien Perriard, Du bruit au silence des villes

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique