•  07.09.2015

    Comme chaque année, Kevin Drumm travaille dur : 9 à 10 parutions au compteur déjà. Lui et son pote Jason Lescalleet, se tiennent apparemment la bourre. Avec Crooked Abode, l'offrande de Kevin est cosmique.

     

     

     


    votre commentaire
  •  16.12.2014

     

     


    votre commentaire
  • 06.12.2014

    Immobilisé à domicile avec ma botte de résine, il a fallu également que ma connexion internet soit supprimée à la suite d'une erreur de l'opérateur. Que m'a t-il proposer en guise de secours ? Une clé 3G. En fait, une clé 3G vous renvoie à l'époque des « autoroutes de l'information ». Une époque où nous avions des forfaits limités chez « club-internet ». Une clé 3G ne vous permet grosso modo que de l'accès/contenu comparable à cette époque : du texte et de l'image en lecture seule. Bref, je suis revenu en 1999. Coïncidence, en ce moment, je multiplie les écoutes du deuxième album de Kevin Drumm sorti cette même année et sobrement intitulé Second.

     

    Cet album est une transition entre les premières productions sur guitare à plat et celles plus ambient des années 2000. Encore plus qu'à l'accoutumée, c'est sur une installation Hifi que l'écoute de l'album se révèle réellement satisfaisante.

    Le premier titre cynicism is the stuff laugh riot dégage une délicatesse, délicatesse dans l'agencement des sons : micro-sons, couches de grésillements, sifflements discrets, sinusoïdales, bruits blancs, accidents sonores, infra-basses. Les enceintes se répondent à merveille. La succession de ces événements maintient l'attention, l'espace est occupé. La fin de ce premier titre prend un aspect plus ambient qui assure la transition avec...le troisième titre, we both liked the view.

    Et le deuxième titre, me direz-vous ? all morning and half the afternoon s'insère bizarrement : une pause de 1'42 pendant laquelle on entend un frottement se répéter comme un bras de lecture d'une platine bloqué au delà du dernier sillon.

    Revenons donc à we both liked the view. Ce dernier titre débute par une sonnerie de réveil puis c'est un bip d'électrocardiogramme qui prend place accompagné d'un drone qui dominera alors l'ensemble du morceau. Le sommeil a donc repris du terrain mais pas totalement, c'est dans un entre-deux que l'on se situe. On entendra ainsi en arrière-plan une mélodie (le voisinage ?). Second possède cette caractéristique relativement rare avec ces styles musicaux : il se mémorise aisément.

     

    Kevin Drumm - Second (1999)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique